le acque termali di Le Monetier-les-Bains

Juste au-delà de la frontière française avec le Piémont, il y a une vallée enchantée qui semble sortir d’un tournage au Moyen Âge: la Valle di Serre Chevalier.

La large vallée, située dans le département français des Hautes Alpes, part de la ville de Briançon, situé à environ 1300 mètres d’altitude, et s’élève progressivement jusqu’à 1400 mètres d’altitude Monetier-les-Bains et de là puis à étape du Lautaret et à celle de Galibier.

la Valle di Serre Chevalier

Peu connu en Italie, en hiver c’est une véritable aubaine pour les amateurs de sports d’hiver : 250 km de pistes de ski alpin atteignant plus de 2800 mètres d’altitude à travers des bois denses, ainsi que des pistes de ski de fond et même un circuit de course automobile sur glace. En pleine saison hivernale, il peut arriver que vous conduisiez sur l’autoroute en coupant des murs de neige… Images de rallye finlandais.

En été, cependant, il a un charme ancien, avec la route vallonnée qui la traverse fleurs et petites prairies cantons, parmi les hautes montagnes qui la protègent sur les flancs; dans cette période il devient un excellent territoire pour l’alpinisme et la marche, mais aussi pour les cyclistes et motocyclistes qui s’aventurent sur les cols: je vous garantis que vous n’oublierez jamais le Galibier à moto (2645 mètres, des surplombs effrayants, des paysages à couper le souffle et la possibilité de trouver une chute de neige fin juillet).

Nous sommes arrivés cette fois en moyenne saison, le long de l’autoroute qui longe le Val di Susa mène de Turin à Oulx, puis la route nationale qui passe par Cesana Torinese et Clavière et qui se termine ensuite en territoire français par le col de Montgenèvre et jusqu’au magnifique Briançon, dominé par la forteresse Vauban.

A voir également  Que voir à Paris en deux jours avec un petit budget

Nous sommes exactement à la mi-octobre et les sites météorologiques habituels consultés prévoient une journée d’automne splendide mais froide, avec des températures oscillant entre positif et négatif.

Les Grandes Bains di Le Monetier-les-Bains

Notre objectif est Les Grandes Bains di Le Monetier-les-Bains, dernier village de la vallée avant les cols, situé sur les rives de la rivière Guisane, dont le nom dérive du latin Aqui Sanatio, comme le village était également appelé avant la fondation d’un monastère. En effet, les Romains ont également apprécié les fabuleuses eaux thermales qui coulent dans cette localité, où elle a été construite en 2008 un spa splendide, but de notre tournée.

A l’arrivée à Monetier, autre surprise bienvenue: les sites n’ont atteint que la moitié des prévisions. Il y a 17 degrés de soleil et un ciel bleu intense. Le 15 octobre à 1400 mètres. Incroyable.

Après un changement rapide, nous entrons immédiatement dans le complexe thermal: une immense piscine en forme de haricot avec geysers, jeux d’eau et jacuzzi nous attend. Mais nous nous dirigeons directement vers le grande baignoire extérieure, où nous nous immergeons dans une eau thermale à 37 degrés avec une vue magnifique sur les montagnes tout en étant massés par les courants et les bulles.

Ensuite, il y a le calidarium (40 °), le tepidarium (32 °) et le frigidarium (17 °) – que j’évite volontiers -, 2 autres piscines avec jets, hammams et grotte musicale, dans lequel vous vous allongez en gardant vos oreilles sous l’eau et vous vous détendez au son de la musique. A l’étage, où nous n’irons pas aujourd’hui, l’espace romano-irlandais avec 2 saunas, hammam, autres piscines et un cascade bouillante jaillissant d’un rocher extérieur.

A voir également  Sud de la France: les saveurs de la Provence

Parfaitement détendus, nous quittons le spa avec un petit creux et nous nous dirigeons vers Briançon, où nous mangerons sur la terrasse extérieure (!) d’un restaurant, en nous rafraîchissant avec une salade et une anassiette montagnard (charcuterie et fromages de montagne, délicieux).

Une fois le corps satisfait, on prend soin de l’esprit en visitant ce petit bijou alpin d’origine même pré-romaine: le nom était dans l’Antiquité Brigantium, et la ville était mentionnée dans les écrits de Strabon et de Pline l’Ancien. Construit sur un éperon rocheux, la ville actuelle est d’origine Renaissance avec un plan orthogonal, puis entourée et protégée par les fortifications et remparts construits par le grand architecte Vauban au début du XVIIIe siècle pour protéger la ville et surtout l’important nœud stratégique.

Pour entrer dans le centre historique, nous passons deux murs et traversons la Porta di Pignerol pour arriver à la route principale (Grand Rue) qui est en forte pente et au centre a un canal pour l’écoulement de l’eau dans lequel si vous êtes distrait, vous risquez de mettre un pied.

Les rues latérales sont étroites et regorge de boutiques de souvenirs et de restaurants offre raclette et fondue, ainsi que la viande pierrade; l’un d’eux nous conduit à la collégiale Notre Dame et Saint Nicolas, également du début des années 1700. Le petit centre historique est donc tout à découvrir et offre des vues fascinantes et de nombreuses possibilités de prise de vue.

Enfin, on va aux murs pour admirer le splendide paysage illuminé par le soleil de fin d’après-midi, heureux pour la journée bien passée.

A voir également  Dix choses à faire à Paris pour une expérience inoubliable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *